En 1995, le cinéaste Gérard Courant compresse À bout de souffle de Jean-Luc Godard en moins de quatre minutes. Alice Lada poursuit les deux voies proposées par cette intervention artistique : un film culte duquel elle décortique les expressions faciales des acteurs et l’idée de compression de la matière et du corps.

Note d'intention
 « Tout acte artistique est une espèce de faille dans l’oppression. Comme s’il y avait quelque chose qui résistait, qui est incompressible au formatage »
J’imagine un long travelling de la caméra me suivant sur le plateau. Je joue avec la compression du film A bout de souffle de Jean-Luc Godard, réalisée par Gérard Courant, hommage aux compressions d’objets du sculpteur César. 3 minutes 30 d’images qui s’animent sur mon corps compressé, tordu, asymétrique. De la pellicule originale j’emprunte et explore la gestuelle, les expressions du visage comme ce pouce qui contourne les lèvres ou encore ces trois grimaces qui définissent, selon Michel Poicard, l’expression « faire la gueule ».
Point de départ

« Je suis partie d’un film, À bout de souffle (1960) de Jean-Luc Godard, qui est pour moi un chef-d’œuvre du cinéma français. Plein de subtilité, d’humour, beaucoup de clins d’œil à d’autres arts sont présents dans ce film (Mozart, Klein par exemple). Pour moi le travail de réalisation de Godard se rapproche d’une création chorégraphique. C’est comme s’il réussissait à faire passer l’image du 2D au 3D. Il joue aussi beaucoup avec les expressions du visage, que j’utilise dans mon solo. C’est en faisant quelques recherches que j’ai découvert Gérard Courant, un cinéaste français qui réalise des compressions de films. J’ai alors découvert Compression de À bout de souffle de Jean-Luc Godard (1995). C’est la réduction du long-métrage (1h30) en 3 minutes 30. Il ne manque pas un plan de l’original. Le film est compressé à la manière d’une œuvre de César. Mais à la différence de celui-ci qui compressait des objets, Gerard Courant compresse une œuvre d’art. Je me suis alors orientée sur la compression. Comment la faire passer dans le corps, comment le corps réagit à la compression ? Que devient la compression À bout de souffle dans mon corps ? »

Biographie

Alice Lada est née à Chartres en 1993 où elle découvre la danse dès son plus jeune âge. Elle se forme pendant plus de six ans aux côtés de Marion Ruiz puis rencontre Corinne Lanselle en 2012 lors d’un atelier à l’issue duquel elle commence une formation à l’examen d’aptitude technique au Studio Harmonic. Elle poursuit ses études auprès de Raza et Hammed Hammadi à l’Espace Pléiade Paris où elle obtiendra le diplôme d’état de professeur de danse Jazz en 2015. La même année elle intègre la formation de l’école supérieure du Centre national de danse contemporaine d’Angers sous la direction de Robert Swinston, où elle traverse une partie du répertoire de la danse moderne et contemporaine.

Dans le cadre de l’école, Alice a une expérience scénique conséquente  au travers de différents univers chorégraphiques. Elle obtiendra fin 2017 une licence en art du spectacle danse – domaine sciences humaines et sociale option droit, économie et gestion – et le diplôme national supérieur professionnel du danseur.

Répétitions en studio
Le filage en studio de création
Les autres projets