Auranne Brunet-Manquat s’est emparée du thème du foot : les représentations médiatiques, les mouvements techniques, l’engagement des supporters, l’esprit d’équipe. Elle se documente à partir de textes, de photographies, d’illustrations mais aussi d’œuvres d’art (Le Footballeur de Salvador Dali par exemple) pour saisir ce qui « fait foot », tant dans les gestes que dans l’imaginaire collectif lié à ce sport.

Note d'intention
Le son d’un match de foot, un combat livré entre 2 équipes de 11 hommes, les ovations des supporters… Un journaliste commente l’action. 22 hommes prêts à tout, tournés vers le même objectif. Elle, elle est seule, sur scène. Face à ce spectacle sportif sous les projecteurs des médias, elle pointe du pied ce qui « fait foot » tant dans les gestes que dans l’imaginaire collectif. De l’arène à la scène, elle s’empare d’une gestuelle inhabituelle qui prend ses racines dans le mouvement footballistique et le rituel sportif avec ses codes, ses clichés et ses symboles. Le coup d’envoi, un enchaînement d’actions et de gestes transformés, stylisés. Courses, chutes, ralentis, shoot, sauts, sprint… Le corps s’organise autour de l’utilisation des pieds et des bras comme balancier dans cette danse du déséquilibre. Une représentation athlétique entre virtuosité et mimétisme, qui mêle lutte et épuisement physique dans une partition tout à la fois dansée et sonore. La musique, on la découvre au travers du sifflet. Le rythme se ressent par la saturation sonore du speaker qui produit un corps frénétique ou suspendu… En suivant le ballon du regard, c’est à l’imaginaire de tous qu’elle fait appel pour rendre visible ce combat intérieur et donner vie à un sport collectif qui joue avec la radicalité de nos émotions.
Point de départ

« Dans ce solo, je mets en corrélation la danse et le foot. Je souhaite jouer sur la popularité de ce sport mondial, avec l’ambition de rendre la danse contemporaine plus accessible (compréhensible) au grand public. »

 » Je travaille sur le commentaire sportif, footballistique plus précisément, en recherchant le décalé et l’humour mais tout en parlant sérieusement de mon sujet. Il n’y a qu’en connaissant son sujet très sérieusement que l’on peut s’en défaire avec humour et distanciation. »

 

« Trois grandes lignes directrices structurent mon solo : le foot comme microcosme (échantillon représentatif) de la société, les liens entre art et foot, et la question de la féminité. »

Biographie

Formée initialement en danse classique et danse jazz, Aurane poursuit pendant quatre ans au conservatoire d’Avignon où elle commence la danse contemporaine. Elle obtient son diplôme d’études chorégraphiques (DEC) classique en 2013 et son DEC jazz et contemporain en 2014. Elle fait aussi des claquettes pendant un an.

Répétitions en studio

  » Je m’approprie pour ce solo à la fois une technique sportive qui n’est pas la mienne et un univers qui m’est totalement étranger. Je me suis donné plusieurs thèmes de phrases chorégraphiques relatives au monde du football, auxquelles j’associe un type de mouvement spécifique que j’ai observé : gardien de but, attaque, défense, dribble, feinte/fake out, supporters, clapping, chronophotographie. »

Le filage en studio de création
Les autres projets