La recherche de Charlotte Louvel s’oriente vers la vieillesse et la dégradation mentale et physique provoquée par la maladie d’Alzheimer. Quels mouvements peuvent signifier ce déclin progressif de l’individu dont l’entourage fait chaque jour davantage le constat ?

Note d'intention
Cadavre exquis
Cloisonnée, condamnée à danser dans les haillons d’un corps que je ne reconnais plus, seule face à ce qu’il en reste. L’espace est vide, blanc, pur, un cocon sordide. Je m’installe dans ce confort incohérent, désorientée face à toutes ces propositions absurdes. Des éclats de voix, des sons qui s’entremêlent, s’obstruent. Les scintillements d’un passé, au demeurant si absent, qui m’accompagne finalement. Ça se déconnecte. Ça s’efface. Célébration naïve du deuil de soi. Entre répétitions et métamorphoses. Je redécouvre, j’apprends. Mais il est tard, je crois.
Ils appellent ça « Alzheimer ».
Point de départ
Biographie

Charlotte se forme en danse jazz et classique chez Géraldine Carel, à l’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse (2004-2013). Ayant découvert la danse hip-hop avec Alexandre Lesouef, elle intègre la formation hip-hop au conservatoire d’Avignon (2014-2015) et est actuellement titulaire des EAT en danses jazz et contemporaine. En passant par la capoeira, les claquettes, le flamenco, les percussions corporelles, la danse orientale et africaine, elle participe à de nombreux stages et expériences scéniques, dans des démarches de création et d’improvisation (concours chorégraphiques, spectacles scéniques et de rue..).

Répétitions en studio
Le filage en studio de création
Les autres projets