Le solo de Juan Pablo Landazuri naît de la réunion de plusieurs sources d’inspiration : l’envie de longue date de créer avec un ami musicien, Julian Rincón, autour du concept de liberté, l’exploration du passé et la résurgence de sentiments nostalgiques liés à sa mère, et le poème chanté Duerme Negrito de l’auteur argentin Atahualpa Yupanqui.

Note d'intention
Seul !!!   Seul ???
 J’aimerais faire l’éloge de la solitude. Oui, à celle qui a toujours profité de l’absence de mes êtres chers pour me perturber, celle qui a voulu me noyer dans la nostalgie.
Elle peut être définie comme un espace, un temps, une situation, une opportunité, pour la plupart  peu agréable, mais qui sait ce qu’est réellement la solitude, si nous fuyons  sans cesse ? A elle, qui  fût une chère amie je lui dédie la sérénité et la légèreté de chacun de mes gestes, de chacun de mes appuis. Une seule lumière guide le propos et recrée l’intimité de nos belles rencontres.
Mon amie, j’aimerais te faire un éloge… Face à l’impuissance des mots, il ne me reste qu’à danser en ton nom!
Point de départ

 

« La composition musicale expérimentale de Julian cherche à créer un espace où des étincelles de musique traditionnelle (colombienne et espagnole) et de musique baroque puissent cohabiter. »

Biographie

Formé à l’Académie supérieure d’arts de Bogotá (ASAB), en Colombie, Juan reçoit en 2014 le prix de danse, tradition et projection folklorique colombienne. Il danse dans l’opéra colombo-français Le Mythe d’Orphée dirigé par MapaTeatro et l’ensemble l’Arpeggiata.

Répétitions en studio

« Dramaturgie : liberté, solitude, intimité, enfance, mère, rencontre de soi, regarder le passé, nostalgie. État de corps : serein et léger. Style d’écriture : poétique, pas descriptif. »

 

« Ici, les souvenirs sont l’espace de la guérison. »

Le filage en studio de création
Les autres projets