Comment danser la progression d’une maladie, la sclérose en plaques, et la perte associée des capacités physiques, d’autant plus lorsque celles-ci touchent un être cher.

« Le solo représente pour moi un lieu d’expérimentation, de recherche, une opportunité de se dépasser, de se renouveler. Le solo questionne la place du danseur, à la fois interprète, créateur et spectateur de son œuvre. Explorer sa propre gestuelle, se nourrir de son individualité, de son histoire, de ses failles, se confronter à ses doutes, à ses questionnements, dialoguer avec soi, et révéler une part de son intimité. Le solo de création serait comme une mise à nu, un besoin de se faire entendre, une envie de communiquer, motivé par une revendication d’ordre personnel, politique ou faisant écho à une société en mouvement. »

Note d'intention
Une sclérose et de l’eau
Au travers d’ une fine brume, un luminaire apparaît. Sa lueur est étrange, austère ! Des bribes d’eau sur un corps ruissellent, fourmillent lentement. Transparentes, elles s’imprègnent dans des éponges  brutes, s’agrippant aux membres en les lésant, les enclavant. Une dégradation bien trop physique, terriblement mentale !
Sur un air italien, ce sont des mots qui résonnent et qui témoignent du quotidien !
En étape, les gouttelettes se métamorphosent. Proliférantes et désarmantes, dans des seaux elles se transforment en eau.
Corps muté, corps handicapé, corps ravagé
Une sclérose a parlé ! 
Point de départ

 

« Je me filme énormément en improvisation et regarde aux détails près chacune de mes vidéos. Je cherche le mouvement juste  qui pourrait traduire au mieux ce que je cherche à dire. »

Biographie

Formée au Millenium Dance Centre à Cagnes-sur-Mer, dirigé par Bruno Caprioli et Brigitte Cantrelle, Victoria obtient l’EAT en danse jazz en avril 2013. Elle travaille lors de sa formation avec plusieurs chorégraphes. Elle participe de même à beaucoup de stages et de master class. Elle est diplômée en diététique.

Répétitions en studio

« Pour avoir un regard extérieur, je fais appel aux autres danseurs de la formation qui me donnent leur avis sur le coté « chorégraphique » de mon œuvre . De même il me parait important de faire intervenir des personnes qui ne sont pas dans le domaine de la danse, un regard particulier qui je trouve est d’autant plus enrichissant pour ouvrir des pistes inexplorées. Ma famille joue aussi un rôle déterminant dans l’avancée de mon travail. Au plus près de mon propos chorégraphique, leur avis m’est indispensable. »

 

Filage du solo, quelques jours avant sa présentation publique.

Le filage en studio de création
Les autres projets