Vers les danses chorales

Objectif : S’impliquer dans une concentration individuelle pour créer une écoute collectiveTélécharger le pdf

Ces situations en déplacement peuvent être utilisées comme des rituels. Elles permettent l’appropriation de l’espace de déplacement, mais développent aussi l’écoute dans le groupe. Sur la base de la marche en dispersion, il est possible de varier les vitesses de déplacement, d’introduire des arrêts et de jouer avec les mouvements collectifs : descendre au sol, se coller contre un mur, regarder au loin, lever un bras…

Les situations se réalisent sans musique, le silence favorisant l’écoute de son propre rythme et de celui du groupe.

Situation de départ-But : Se déplacer en dispersion en occupant tout l’espace de danse et en s’évitant.

Partager un temps et un espace collectif de danse à partir de règles simples qui feront naître un chœur de mouvement.

Consigne :

Se déplacer dans tout l’espace scénique en marchant, en évitant les autres danseurs et en respectant la « règle du jeu ».

Variables dans les consignes

Au début, un signal peut être donné par l’enseignant (le meneur) pour aider le groupe, mais le but est que le groupe y parvienne sans signal et sans meneur désigné au départ.

Il est ensuite possible de « scénariser » collectivement l’ensemble : décider de 5 consignes successives rappelées par l’enseignant dans un premier temps, puis mémorisées par le groupe. Les déplacements et les mouvements se font à l’unisson.

1- La vitesse de déplacement : de l’infiniment lent à l’infiniment rapide.

2- Le variomètre :

– accélérer progressivement puis revenir à l’allure initiale

– ralentir progressivement puis revenir à l’allure initiale

– changer l’allure de manière contrastée

3- Créer un arrêt collectif :

– quand l’un de nous s’arrête, tout le monde s’arrête

– quand l’un de nous repart, tout le monde reprend la marche

4- Créer un rythme collectif de marche : quand l’un de nous reprend le déplacement, il choisit une allure que tout le monde adopte à l’unisson.

5- Choisir un type de déplacement : marcher, courir, sauter, glisser (glace, bord de piscine), s’embourber (boue, sables mouvants), avancer délicatement (mousse)…

6- Le regard dans les déplacements :

– se déplacer en fixant un point sur le mur

– quand un danseur croise un autre danseur, il le regarde dans les yeux puis reprend son point fixe pour poursuivre son chemin

– par deux, se déplacer sans jamais se quitter du regard

– se suivre : chaque fois que je rencontre quelqu’un, je le regarde puis je le suis.

7- Occuper l’espace de danse :

– se déplacer puis se regrouper pour occuper la plus petite portion d’espace au centre puis s’écarter les uns des autres pour atteindre les limites extérieures (converger/diverger)

– se déplacer puis se regrouper les uns proches des autres, se déplacer ainsi, très serrés, ensemble

– se déplacer puis se retrouver et former 2 groupes

– passer d’un ordre dispersé à une figure : le cercle, la ligne…

8- Jouer avec les niveaux :

– descendre au sol, tous ensemble (dégouliner, fondre) et se déplacer au sol comme des mollusques en gardant le maximum de parties du corps en contact avec le sol

– reconstruire la verticalité

– varier les niveaux pour construire une montagne

9- Jouer avec le mur :

– descendre au sol, remonter

– se déplacer en gardant ses appuis contre le mur

10- Varier l’orientation : se déplacer en avant, en arrière, sur le côté, sur une diagonale…

11- Réaliser une succession de petits mouvements à l’unisson

– regarder les spectateurs fixement, puis tourner lentement la tête vers la gauche, puis vers la droite, regarder en haut (lever la tête), puis en bas (baisser la tête)

– porter les deux mains sur son visage, se gratter le crâne, ouvrir grand la bouche…

– pointer du doigt un spectateur, idem vers la gauche, puis la droite, en haut, vers le sol (en accompagnant avec le regard ou pas)…

12- Utiliser le procédé d’accumulation (construire/déconstruire) :

– passer de l’ordre dispersé au groupe rapproché, progressivement, en décalé

– construire une sculpture collective en ajoutant un danseur de plus à chaque fois puis quitter la sculpture les uns après les autres (ordre inverse)

– descendre au sol puis se relever les uns après les autres

– jouer la vague à partir d’un mouvement simple (chacun à son tour ou par groupes)